Un groupe de travail de la Fondation Internet Nouvelle Génération

Page principale - S'identifier

Ce groupe a terminé ses travaux - Il s'agit d'un site d'archive

retrouvez les synthèses des différents aspects qui favorisent l'Intelligence Collective

et le questionnaire "comprendre par vous même ce qui se passe dans un groupe"

Evolution du groupe

Différents degrés d'évolution

Il est possible de distinguer deux type d'évolution du groupe :
  • La maturité des relations entre les membres et le groupe (à ne pas confondre avec le niveau de maturité des membres)
    • phase enfant : seul le coordinateur est proactif, les autres membres sont au mieux réactifs
    • phase adolescente : des membres prennent des initiatives (souvent sans le coordinateur ou même contre lui)
    • phase mature : des membres prennent des initiatives cohérentes. Il y a autorégulation car le groupe a une influence sur les membres
  • La maturité des relations entre le groupe et l'extérieur
    • phase enfant : Le groupe n'est pas visible de l'extérieur. Il n'a pas ou peu de retours.
    • phase adolescente : le groupe cherche à "s'affirmer" dans son environnement
    • phase mature : le monde extérieur réagit à ce que fait le groupe ; des liens avec d'autres groupes se tissent

Quelques idées pour comprendre le niveau de maturité des groupes

Pourquoi trois degrés d'évolution ?

Il aurait été possible de décomposer l'évolution en autant de degrés que souhaité. Cependant, les trois phases proposées correspondent à la mise en place des interelations entre des éléments et un système (les membres et le groupe, ou bien le groupe dans son environnement).
  • Dans une première phase, le niveau individuel influence peu le niveau collectif (mis à part ceux qui ont un rôle particulier comme le coordinateur), et le niveau collectif ne change pas les membres
  • Dans une deuxième phase, des membres commencent à influencer le niveau collectif mais la retroaction n'est pas encore en place.
  • Dans une troisième phase, le niveau collectif a également un effet sur les membres. Cela crée une autorégulation et permet l'émergence de l'intelligence collective

Connaitre le degré d'évolution de relations entre les membres et le groupe

Il est parfois difficile de parler ouvertement du degré de maturité d'un groupe car celui-ci est souvent confondu avec le degré de maturité de ses membres. Pourtant, même avec des personnes matures et connaissant parfaitement le fonctionnement des groupes, il faut du temps pour qu'un groupe arrive à maturité.

Il est possible pour un coordinateur d'évaluer le degré d'évolution de son groupe de façon amusante : en regardant de quoi il se plaint :
  • Dans un groupe enfant le coordinateur se plaint parce qu'il est tout seul à faire avancer les choses
  • Dans un groupe adolescent le coordinateur se plaint parce que les membres n'en font qu'à leur tête
  • Dans un groupe mature le coordinateur se plaint parce que les membres n'ont plus besoin de lui

Durée d'évolution d'un groupe

La durée nécessaire pour que les relations entre un groupe et ses membres deviennent matures est très variable (et certains groupes ne deviennent jamais mature). On constate cependant qu'il faut en général 2 ans pour qu'un groupe deviennent mature.

Certains groupes ont pu mûrir un peu plus vite lorsqu'ils ont vécut un conflit et qu'ils y ont survécu en les "faisant mûrir"

Le leader négatif

Le leader négatif est un rôle plus qu'une personne particulière

Lorsqu'un groupe entre dans sa phase adolescente, des membres souhaitent pouvoir influencer le groupe (non seulement dans des actions proactives mais aussi et surtout dans son fonctionnement). Cela n'est pas toujours facile car le groupe dans son enfance a dépendu quasi exclusivement de son initiateur/coordinateur.

Une des façons de s'affirmer est de le faire "contre" le coordinateur. On assiste alors à l'émergence d'un  . Il s'agit plus d'un rôle que d'une personne particulière. En effet, si un leader négatif s'en va et que des membres du groupe ressentent la nécessité de pouvoir agir en ayant le sentiment que cela génèrerait une résistance, alors un autre membre va prendre la place de leader négatif (il s'agit du même mécanisme qui pousse des membres actifs à devenir passif ou bien au contraire des membres inactifs à s'impliquer. Voir le point sur les ).

Le leader négatif fait évoluer le groupe

Le leader négatif semble une réponse naturelle à une trop grande convergence du groupe vers une uniformisation (ce qui est le cas lorsque le groupe est enfant et que seul le coordinateur est proactif). Avant de permettre une diversité d'intérêts de s'exprimer, on assiste à une bipolarisation qui peut mener au conflit (voir la ). Ce mécanisme permet au groupe d'évoluer, parfois de façon douloureuse. Il peut aboutir à des départs de membres (y compris des membres observateurs génés par l'agressivité) ou à une cission du groupe.

Lorsque la tension est trop forte et que le groupe se scinde, on gagne en spécialisation et diversification mais on perd en diversité des relations entre les membres d'origine. A l'inverse, un groupe moins fortement structuré peut accepter une part d'incohérence qui permet la diversité des membres tout en permettant des échanges entre eux. Dans ce cas, le leader négatif peut avoir le rôle de "fou du roi".

un groupe qui se protège collectivement est plus fort

Il permet de façon positive, lors de ce premier conflit ouvert ou lors de conflits suivants de pousser les membres à protéger le groupe collectivement plutôt que de laisser cette tache au coordinateur qui se retrouve sinon "juge et partie".

L'émergence d'un nouveau leader négatif ou au contraire l'eviction du leader négatif une fois actif par le seul coordinateur font parti des événements qui mènent des membres soit à partir soit à réagir et donc le groupe, s'il survit, à évoluer vers une phase plus mature. Un groupe qui se protège collectivement est plus fort qu'un groupe protégé par son seul coordinateur car on évite ainsi qu'une crise devienne un conflit en ce bipolarisant.

Les différents résultats possibles de l'action d'un leader négatif

  • Aider à passer d'un groupe centré sur le coordinateur à un groupe plus collectif
  • Si le groupe survit (éventuellement en perdant une partie de ses membres ou en se scindant), il acquiert du vécut qui pousse ensuite les membres à protéger le groupe
  • Si le groupe se dissout sans "faire de petits" alors on aboutit à un echec. La tension a été trop forte et au lieu de faire évoluer le groupe il le tue.
En résumé, le leader négatif à un peu le rôle d'un vaccin : ce qui ne tue pas rend plus fort

Références

mots clés : #maturite28 #legitimite28

Textes à propos de "Evolution du groupe" :