Un groupe de travail de la Fondation Internet Nouvelle Génération

Page principale - S'identifier

Ce groupe a terminé ses travaux - Il s'agit d'un site d'archive

retrouvez les synthèses des différents aspects qui favorisent l'Intelligence Collective

et le questionnaire "comprendre par vous même ce qui se passe dans un groupe"

Rythmes

[retour vers la page ""]

:
Eléments sur les temporalités et rythmes au cœur des processus de collaboration avec les TIC
Les cycles d'externalisation/internalisation des données (explicite/tacite) et leur recombinaison au fil du temps dans une spirale vertueuse, permettent l'émergence de nouvelles connaissances. Mais une persistance excessive de ces données pourra se traduire en redondances, en multiversionnage de l'information ; donc en de possible pertes de temps (ex. : usage inadapté des pièces jointes avec le courrier électronique.) Au coeur de ce processus d'enrichissement à long terme, les équipes de collaborateurs peuvent nécessiter un stockage temporaire de leurs données de travail à l'instar des brouillons papiers qui finissent à la corbeille. Des outils comme les wiki peuvent ainsi tenir lieu d'une telle mémoire de travail à court terme, avant l'intégration des données sur un média/support plus durable. C'est une articulation d'outils en fonction notamment des besoins en persistance des données qui joue ici. Les outils passent, les contenus évoluent et constituent une mémoire vivante.

Les équipes de travail sont par ailleurs confrontées à des besoins humains : temps passé en consensus, construction de la confiance, temps d'appropriation des outils, des concepts et des idées, les savoirs étant périssables : comment alors articuler les différents outils pour répondre et se mettre en phase avec ces besoins, comment les introduire au moment adéquat dans le cours du processus collaboratif : on peut ainsi rencontrer des problèmes de passage à l'acte (participation) sur un wiki, si la confiance n'est pas encore instaurée et si un consensus n'a pas pris forme quant aux objectifs du groupe.

Le temps de la disponibilité également : le collectif peut-il se considérer à chaque instant égal à lui-même, si par exemple la bonne ressource (humaine) pour répondre à un problème posé au collectif n'est pas disponible au bon moment ? Quelle besoin de disponibilité pour la participation : quel coût en temps, comment construire des synthèses pour en gagner, etc.

Ces différents rythmes et temporalités sont en interaction, s'articulent. Temps court/long des objectifs (pratiques de veille ou attendus de livrables), des types de mémoires (de travail ou à long terme), des stratégies d'acteurs, etc. Les mêmes individus peuvent d'ailleurs participer à un/des collectifs sur une gamme étendue de temporalités ; les données sur lesquelles ils travaillent pourront ainsi passer les frontières, comme par exemple à partir d'un retour d'expérience de projet aller enrichir la mémoire à long terme de l'organisation. Comment articuler ces temporalités ? Si le just in time semble "R.O.I" pour satisfaire de multiples attentes, quels restent les temps incompressibles (pour la confiance ? le consensus ?). Et si on échange plus au travers du réseau (effet de substitution), peut-être a-t-on d'autant plus besoin de se rencontrer en face à face pour clarifier objectifs, attentes et modes opératoires : des problèmes d'emplois du temps.

Sans rentrer enfin dans un débat "politique", les sujets qui fâchent traitent bien souvent de la gestion de ce temps qui semble alors manquer dans notre vie sociale. Des problèmes en perspective quand le pouvoir (temporel) légifère à ce sujet : flexibilité, 35 heures et heures supplémentaires, "heure" du départ à la retraite, horaires des professeurs, horaires pour garantir un service minimum, etc. Un des freins au télétravail n'est-il pas -peut-être- de trop indexer cette forme d'activité à distance sur une logique de contrôle du temps passé, plus que sur les objectifs et les résultats ?

L'ensemble de ces éléments laisserait-il à penser que la collaboration (si elle n'est pas une fiction) est en quelque sorte le "lieu" de la contradiction, cette dernière devant être dépassée pour que la première soit opérante : ainsi des tensions intérêt personnel vs intérêt collectif, abondance des données vs besoins de synthèses, etc. Comment alors construire des pratiques collaboratives permettant de trouver les "moments" (mouvements) adéquats ? Une affaire de rythme peut-être ? Faut-il pour évoluer en bonne intelligence collective, posséder une forme d' intelligence temporelle à l'image des sportifs ou des musiciens qui savent rentrer dans l'orchestre au temps juste ou faire des passes en rythme ?


Cycle de vie des données :
  • Nonaka et Takeushi (Spirale de conversion des connaissances - 1995) :
    • l’externalisation est la transcription sur un support des connaissances tacites.
    • l’internalisation est l’acquisition par l’individu de connaissances explicites.
  • ces deux processus se combinent avec ceux de socialisation d’individus à individus et de recombinaison des connaissances explicites au coeur des supports, favorisant l’affinage et l’enrichissement des connaissances.
  • Augmenter ce capital connaissance consiste donc à créer une spirale vertueuse dans le temps, qui permettra notamment l’émergence de nouveaux savoirs et connaissances.

Cycle de vie d'une équipe :

Outils asynchrones ou synchrones :
l'usage qui est fait des outils déterminera pour partie la perception de ces temporalités par l'individu : exemple des messageries instantanées (synchrones) utilisées comme des témoins de présence dans la durée ; ou des échanges par emails (mode asynchrone) mais en flux presque tendu.

Travail et rapport au temps :
Le rapport au temps dans l'éthique des hackers

Durée de vie et stockage des données (approche techno) :
Information Lifecycle Management
  • "The new buzzword on the market in 2004 is Information Lifecycle Management (ILM)"
  • "Data can be separated into phases; for example, acquisition, heavy access, medium access, rare access and disposal"
  • "The basic tools for implementing an effective ILM strategy are still in the development stages. Gartner predicts that through 2005, ILM will be 80 percent vision and 20 percent products"