Un groupe de travail de la Fondation Internet Nouvelle Génération

Page principale - S'identifier

Ce groupe a terminé ses travaux - Il s'agit d'un site d'archive

retrouvez les synthèses des différents aspects qui favorisent l'Intelligence Collective

et le questionnaire "comprendre par vous même ce qui se passe dans un groupe"

synthèse blogs

[retour à la page ""] []
Synthèse réalisée par

Description d'un Blog :

  • Un blog est : un moyen de publication facile à utiliser, hébergé gratuitement ; autrement plus facile donc que la création de pages persos, ce qui explique l'explosion du nombre de blogs. Les pages persos, mises à jour "à la main", étaient statiques, alors que les blogs permettent la mise à jour dynamique de certains éléments. Ils offrent la possibilité d'ajouter des commentaires et de discuter. Dernier avantage mais non le moindre : il est aisé de lier des blogs entre eux et d'agréger leurs contenus (on parle à ce sujet de blogosphère) --

Avantages et inconvénients :

expression de points de vue personnalisés / parole personnelle / signature nominative du point de vue
reconnaissance individuelle / motivation
pas de logique économique
individualisme / expression collaborative
communauté / blogosphère
initiative / autonomie


Logique collaborative du Blog :

  • En tant que lieu de publication individuelle les blogs permettent l'expression de points de vue personnalisés (signés par leur auteur). Lorsqu'on signe son point de vue on le rend ainsi plus crédible et on induit des échanges (échanges avec l'auteur) plus facilement que sur un portail ou les auteurs sont parfois anonymes. C'est une motivation pour les auteurs que de pouvoir avoir un feed back sur leurs articles, de voir leurs idées discutées. De plus, les portails sont compétitifs entre eux et ne cherchent pas à s'associer (chacun est surtout préoccupé de fédérer autour de lui). Le blog échappe donc à la logique économique. Un forum, un portail, une communauté d'intérêt, et même de pratique doivent, pour survivre, se développer et générer du traffic, des échanges, des interactions importantes. Le blog non, puisqu'à la limite il peut vivre seul (quitte à s'éteindre plus rapidement mais la plupart des blogs sont éphémères). --

  • Il me semble donc que le blog a un rôle à jouer dans le développement de l'intelligence collective, au côté des pratiques collaboratives (telles que celles existantes au travers des wikis). Ce rôle serait notamment celui de permettre l'expression de points de vue personnels (ou non orthodoxe) alors que les listes de discussion ou les éditeurs partagés génèrent du consensus, de permettre à des experts d'approfondir certaines questions qui, sur un forum seraient davantage vulgarisées etc. De permettre aussi aux timides et à ceux qui ne sont pas surs de leurs connaissances de s'exprimer, ce qu'ils ne feraient pas sur une liste (en public) : une fois assurés que leur point de vue suscite des réactions, de l'intérêt, ils interviendront plus facilement dans les échanges publics. Des blogs, en orbite autour des communautés, enrichissent ainsi la conversation au sein de celle-ci. --

  • Je crois qu'on peut le voir a la fois comme une manifestation d'individualisme (une prise de parole en dehors des institutions usuelles) mais aussi comme une forme "moderne" (publique, ouverte, temporaire, flexible...) de participation sociale. De plus, bien qu'un blog soit en principe individuel (par opposition aux wikis), il peut tres bien servir a enrichir ou coordonner une communauté d'interet ou de pratique (d'autant plus que les blogs pointent souvent vers d'autres sites). De ce point de vue, le blog a certainement sa place dans une reflexion sur l'intelligence collective... --

  • Mon analyse concernant la mutation de civilisation et le laboratoire qu'en constitue Internet met en avant outre le terrain des relations [relations de proximité (humaine) à distance] celui de l'initiative et de l'autonomie des personnes. Les blogs marquent encore plus une personnalisation de l'émergence d'une "parole personnelle" pour interpeller les autres (personnes).--
  • Il y a certainement deux phénomènes à observer :
    • celui de l'émergence de cette parole personnelle face au monde (Pas la même chose que dans la conversation courante) et qui est quelque chose de grande portée : la généralisation de l'apprentissage d'être auteur de cette parole là. Auteur ou acteur ce n'est pas pareil. Ca change tout. Mutation de civilisation!
    • celui du tramage de relations (le web est différent d'un réseau) sur cette base qui est le phénomène même de constitution de communautés humaines et non de simples liaisons résiliaires. Phénomène humain de première grandeur à cette échelle. (écoutez Michel Serres) --
  • Dans le cadre professionnel, les blogs ont revolutionne la collaboration entre les fournisseurs de services et les grands editeurs. Lorsque Steve Balmer a pris la direction de Microsoft, il a donne deux grandes directions : la securite (et y a encore du boulot :) ) et les communautes. Pour lui, l'important c'est de travailler en collaboration avec ses clients. De ce fait, les tetes des equipes Microsoft sont appeles a blogger pour obtenir le feedback des utilisateurs. La gamme des outils de developpement etant encore en beta, les echanges de ces blogs donnent de veritables resultats. Donc oui, les blogs peuvent etre des outils collaboratifs. --

  • C'est interessant, car finalement, blog, wiki, liste, et même FTP, site web... la potentialité collaborative ne semble pas dépendre directement de la structure du programme qui va gérer les données (et qui est dans tous ces cas dans un environnement qui permet la collaboration: internet) , mais plutot des objectifs, intentions et désirs des individus ou entités psychiques qui investissent ces programmes, outils, interfaces, environnements. Un wiki par exemple peut être simultanément un chateau ET un marteau. Les programmes que nous évoquons peuvent faciliter certains usages (de l'ordre de la saisie et de l'archivage de données), être parfois utilisés comme des arguments en faveur ou en défaveur de la possible collaboration, mais ils ne la conditionnent pas, ils sont neutres à priori de ce point de vue, ils prennent la forme des organisations humaines qui s'en saisissent et/où s'y constituent. --

Liens :